Expositions :
Textes :
Portrait Ndayé Kouagou Review L'Écorce Review EuroFabrique Exposition en cours Sur l'envers Review Non Complete Story Review Le monde sans les mots Exposition en cours En poussière Review Rêvoirs Review OTTILIA Review Nouaison Review Destins communs Review Morning Sun Review L'Irrésolue Review Dans ce lieu de déséquilibre occulte Review Der Sonnenstich Exposition Passée Car la figure de ce monde passe Exposition Passée Penser avec les mains Exposition Passée Sur le Feu Exposition Passée Molinum Portrait Manon Galland Portrait Louise Belin Portrait Seunghyun Park Review La ligne trouble Portrait A blessing and a curse Review Crazy Toads Review Au Bonheur Review Estructura Ósea del Cero Review The sun is my only ally Review Idéal Standard Review La perte du bonheur Texte d'exposition Tipping Edges Review Anne Review L'Odyssé en jardins Review Infinie Liberté Review Plonger et Puiser Review Énergies Review Le déménagement, hypothèse du récit Review Vase/Face Texte d'exposition Pleure-moi une rivière Review Exhumer le futur Review Soupe Primordiale Review Dune Review Smile and Say Time Review Fata Morgana Review Boaz Review Pigments-médicaments Review Draw Loom Portrait Marinella Senatore Review Poem I Will Never Release Review À corps défendant Review The Sowers Review Anne-Charlotte Finel Portrait Farah Khelil Review Michele Ciacciofera Exposition Passée À rebours, la ville compte Review Journal d'un anti-corps Exposition Passée Fulfilment Services Ltd. Review Les lieux du visible Portrait Lucie Douriaud Review Asli Çavusoglu Portrait Bianca Bondi Interview Nicolas Bourriaud Interview Caroline Bourgeois Interview Marc Bembekoff Interview Marianne Mispalaëre Interview Lionel Sabatté Interview Julie Crenn Interview Claire Le Restif Review Faith Ringgold

Smile and Say Time

Textes - Review

Christian Andersson

L’étymologie latine Textus nous rappelle que chaque texte est un tissu, une trame et l’exposition Smile and Say Time de Christian Andersson propose justement une exposition-texte, où les œuvres ne sont pas juxtaposées, mais complices dans une unité dont il nous faut chercher la substance. Elles créent un récit à mi-chemin entre récit historique ou récit d’anticipation. L’édifice du FRAC Normandie – ancienne usine des Transports Rouennais – est plongé dans une semi-obscurité. Par un éclairage parcimonieusement orchestré, les œuvres crèvent la pénombre, tels des personnages de théâtre sous les projecteurs. Humour et malice nous accueillent avec la photographie Pills. On y voit une boite de pilules bleues et rouges ouverte et renversée. Cela pourrait sembler bien anodin et c’est précisément la fausse simplicité qui pousse à s’approcher pour sonder l’œuvre dans son détail. La notice n’est pas celle d’un médicament classique, mais le récit d’un rêve. Le ton de l’exposition est donné par la main absente ayant laissé tomber cette boite de pilules, emportée par une overdose de rêve : le réel ne sera pas le décor de l’histoire que Christian Andersson souhaite que chacun se raconte. Tout au plus le réel offre une toile de fond flou et lointaine, utilisée et détournée afin de stimuler l’imagination du visiteur et l’emporter vers d’autres possibles. (...)

SUITE À LIRE EN LIGNE

Lien de l'exposition, Frac Normandie